Ébavurage de pièces trempées

Selon le procédé de fabrication des pièces tournées et fraisées, un ébavurage thermique après durcissement est souhaité. Étant donné que ce processus d'ébavurage est utilisé pour ébavurer à l'énergie thermique, il existe un risque de modification structurelle de la zone durcie. Une série de tests avec différents paramètres d'ébavurage devrait maintenant apporter de la clarté.

L’auteur

Patrik Beck
Direction vente/Marketing/Production (de/fr/en) Tel. 062 956 20 33 patrik.beck@moser-entgratung.ch

Essai 1

Avant l'ébavurage

Dureté mesurée à un point épais: 653 HV30
Limite de dureté à 550 HV1: 0,43 mm
La courbe de dureté change à peine et reste stable à près de 700 HV0,5

Haerteverlauf 2 Ohne Tem1

Essai 2

faiblement ébavuré

Dureté mesurée à un point épais: 653 HV30
Limite de dureté à 550 HV1: 0,43 mm
La courbe de dureté change à peine et reste stable à près de 700 HV0,5

Haerteverlauf 6 Schwach1

Essai 3 (Validation de la série)

moyennement ébavuré

La courbe de dureté change à peine et reste stable à un peu moins de 680 HV0,5

Haerteverlauf 5 Normal Serie1

Essai 4

moyennement ébavuré, 2x

Le profil de dureté change légèrement vers la partie intérieure, la dureté de surface est légèrement inférieure

Haerteverlauf 4 Stark Spezial1

Essai 5

fortement ébavuré

La courbe de dureté change à peine et reste stable à un peu moins de 680 HV0,5

Haerteverlauf 1 Stark1

Essai 6

très fortement ébavuré

L'évolution de la dureté change considérablement et la couche de surface devient beaucoup plus douce

Haerteverlauf 3 Sehr Stark1

Conclusion:

Les essais 2 et 3 ne montrent aucun changement dans la courbe de dureté, les essais 4 et 5 montrent une légère déviation et dans l'essai 6 un changement net dans la courbe de dureté peut être observé. Ainsi, les pièces ne peuvent pas être utilisées après les tests. Dans l'expérience 2, l'ébavurage est bon, mais il n'y a aucune certitude que les bavures plus grosses seront facilement éliminées. Dans les essais 4 et 5, nous sommes à la limite critique en termes de dureté. L'expérience 3 est donc jugée adaptée à la production en série et semble optimale pour ce procédé. Le résultat d'ébavurage répond aux exigences et est fiable dans le processus et les limites critiques sont sécurisées des deux côtés.